Home Page

Appel à vigilance sur le port effectif des Protections Individuelles Contre le Bruit (PICB) malgré le port du masque

Le port du PICB reste vécu comme une contrainte. << On a longtemps fait sans >>,<< Les oreilles s’habituent au bruit >>. Voici les quelques réflexions habituelles utilisées pour justifier la résistance au port effectif des PICB. Mais la majorité des grands groupes sensibilise les collaborateurs à la nécessité du port effectif, afin de respecter les obligations réglementaires développées dans la loi de santé au travail. À ce jour, les surdités professionnelles se positionnent au deuxième rang des maladies professionnelles avec environ 800 cas par an. Toutefois, cette sinistralité est loin de représenter la réalité car les dépistages de l’audition et notamment les audiométries de référence ne sont ni généralisés ni systématisés. Cette procédure dépend encore trop de la taille de l’entreprise et de son organisation, de la volonté en matière de politique de santé-sécurité. Ainsi, il n’est pas rare de croiser des salariés de TPE sous-traitantes de grands donneurs d’ordres ou des travailleurs intérimaires avec PICB absents des oreilles.

Il est important de protéger ses oreilles contre le bruit

Les oreilles n’ont pas la capacité à s’habituer au bruit pour la bonne raison qu’elles servent de "radar sonore de survie". Lorsque les yeux sont fermés, il reste les oreilles pour alerter d’un danger. Outre cette fonction, les mécanismes de l’oreille sont au cœur de deux fondamentaux nécessaires au développement de l’être humain : la communication, les émotions. Toute altération même momentanée de ces 3 fonctions clés – alerte, communication, émotion – déstabilise ou/et dégrade l’écologie santé mais aussi la qualité de la relation et la situation économique de la personne. La seule possibilité de préserver ces mécanismes essentiels est de porter les PICB de manière effective et continue.

Comment faire ?

En matière de protection, il est dans l’obligation de l’employeur de mettre à disposition du salarié un PICB. Mais, pour que ce matériel devienne "un ami santé du salarié", il doit répondre à la fois aux critères de protection et au confort en fonction des tâches réalisées. De l’occasionnel au sur-mesure, une panoplie de PICB a été développée pour répondre à l’ensemble des besoins. Cet investissement permet au salarié de travailler sans risque pour sa santé, sa vie sociale et sa situation économique. Cela contribue in fine à la santé financière de l’entreprise en évitant un grand nombre de coûts cachés. De plus, investir dans des PICB adaptés contribue à la fidélisation des salariés et à l’attrait de nouvelles recrues. Des arguments qui feront "mouche" pour attirer les jeunes de générations "z" et "alpha". Avec les contraintes supplémentaires des masques de protection, restons collectivement vigilants à maintenir le port des PICB lorsqu’ils sont nécessaires et indispensables (au-delà de 80 dB/8 heures d’exposition). Les symptômes acouphènes sont en pleine croissance au sein de la population et l’une des principales causes de survenue est liée aux Traumatismes Sonores Aigus ou Chroniques. Dans la majorité des cas, grâce à la protection, ces symptômes sont évitables. Nous pouvons agir. ● JNA, association à but non lucratif gérée par des experts scientifiques et médicaux et des acteurs de la prévention. Depuis 23 ans, elle agit sur tous les territoires de l’hexagone pour que la santé auditive devienne une clé de santé pour être en forme au quotidien.