Home Page

Le DLR annonce des bonnes nouvelles !

Les résultats du deuxième trimestre sont, sauf pour la manutention, excellents, signant une très forte reprise par rapport à 2020, grâce notamment à l’ampleur des soutiens de l’État à l’économie française. Le dynamisme des adhérents de DLR suit la tendance observée dans tous les segments de l’économie française. En glissement annuel, le chiffre d’affaires de la location a augmenté de l’ordre de 54%, contre 37% pour la distribution et 2% pour la manutention. Dans le même mouvement, le PIB a cru de 19%. Ces résultats permettent de dresser un premier bilan de la gestion de la crise sur le plan économique. À la fin juin 2021, hors plan de relance, l’État a mobilisé 230 milliards d’euros toutes aides confondues pour soutenir l’activité, soit 10% du produit intérieur brut, quand la récession s’élève à près de 8%. Les entreprises des secteurs DLR ont bénéficié indirectement de ces aides : au deuxième trimestre, 67% des entreprises de la distribution, 30% des entreprises de la location et 29% des entreprises de la manutention ont un prêt garanti par l’État en cours.

Les résultats et anticipations des entreprises de DLR incarnent les défis de l’économie française : conjuguer reprise de la croissance, sécurité d’approvisionnement et gestion de la tension sur les recrutements.

L’optimisme consécutif aux résultats du premier semestre 2021 laisse place à des craintes pour la pérennité de la reprise. Le taux d’anticipation de hausse de chiffre d’affaires pour le troisième trimestre ne dépasse 50% dans aucun secteur. Deux sujets ressortent particulièrement : les pénuries de matériel chez les fournisseurs, qui rendent plus difficile le renouvellement des machines, et les tensions sur le recrutement, déjà présentes mais qui ressurgissent à la faveur de la reprise. Avec le redémarrage en flèche de l’économie mondiale, les cadences de production de certains intrants critiques, à l’image des semi-conducteurs, ne parviennent pas à répondre à la demande. De même, certains métiers connaissent de lourdes difficultés de recrutement : selon Pôle Emploi, 75% des embauches de mécaniciens et électroniciens de véhicules sont considérées comme difficiles. Ainsi, se dessinent deux priorités d’action pour les mois à venir. Il s’agit en premier lieu de sécuriser les chaînes d’approvisionnement des produits stratégiques, soit en constituant des stocks, soit en réinstallant des usines sur le territoire. Sur 9 334 produits importés par la France, 122 sont particulièrement concernés. Ensuite, les politiques de l’emploi devraient se réorienter vers la formation professionnelle en direction des métiers en tension. ● La Fédération DLR a pour vocation de représenter, de promouvoir et de défendre les intérêts des entreprises des secteurs de la distribution, de la location et de la maintenance des matériels de BTP et de manutention.